Notre deuxième jour à Édimbourg commence aussi bien que le premier : le beau temps (soit l’absence de pluie) est à nouveau au rendez-vous le matin. Comme la veille, nous avons un programme plutôt chargé donc nous ne traînons pas pour nous préparer. Préparation des sacs, choix de la tenue (ça c’est surtout pour moi), douche et en route pour une nouvelle journée dans Édimbourg !

Nous débutons la journée par une balade au milieu des bâtiments universitaires et déjeunons près de la Teviot Row House, un superbe bâtiment gothique qui abrite la Student Union (un mix entre BDE et syndicat d’élèves). Après un petit bain de soleil (qui prendra fin suite à l’arrivée d’un vilain nuage), nous prenons la route du National Museum of Scotland.

Teviot Row House Edimbourh, Ecosse
The Teviot Row House

Le National Museum of Scotland

The Grand Gallery, l’endroit le plus canon du musée

Le National Museum of Scotland fait partie des musées incontournables à visiter à Édimbourg. Comme dans la plupart des autres musées de la capitale, l’entrée est gratuite et il y a des urnes dans lesquelles vous pouvez mettre la somme que vous voulez (même si ce n’est que 2 livres, donnez car c’est toujours bien de soutenir les musées ^^).

Lorsque nous arrivons, la personne qui nous offre le plan nous indique qu’une visite guidée gratuite présentant les collections les plus emblématiques va bientôt débuter. Sans hésiter une seconde, nous nous laissons tenter et rejoignons le petit groupe qui attendait. Une sympathique et tonique vieille dame arrive quelques minutes plus tard et la visite commence. S’ensuivent près de deux heures très intéressantes où nous découvrons des collections. Parmi les choses les plus bizarres/surprenantes, on retiendra :

  • Les instruments de tortures glauques utilisés au Moyen-Âge pour torturer les femmes (notamment pendant la chasse aux sorcières)
  • L’un des premiers modèle de guillotine démontable et portatif de l’histoire (#lesartisansontdutalent)
  • Un collier en ayant appartenu à Marie Stuart constitués de perles creuses en or
  • La partie dédiée aux vêtements d’époque
  • L’espace des arts de la table
  • La partie dédiée à la science
  • La Grand Gallery et sa superbe verrière, qui est l’endroit le plus beau et le plus instagrammable de tout le musée – disons-le franchement –
  • La superbe terrasse située tout en haut du musée et d’où vous avez une vue à 360° sur Édimbourg.

Après la visite guidée, nous avons exploré le musée seuls et avons flâné dans les pièces qui avaient le plus retenu notre attention. Au total, nous avons passé presque 5 h là-bas et nous sommes loins d’avoir tout vu.

À gauche : instrument de torture qui empêchait les femmes de reposer leur tête – À droite : la fameuse guillotine DIY
La Grand Gallery et moi qui joue l’instagrameuse.

🏛️National Museum of Scotland, Chambers St, Edinburgh EH1 1JF, Royaume-Uni

Je découvre le Haggis et ça tourne mal… ou pas

Le fameux Haggis (revisité en un hachis parmentier ^^)

Ne me demandez pas pourquoi mais j’avais envie de faire un sous-titre un peu p*** à clic, en mode youtubeur en mal de visibilité. J’espère que vous me pardonnerez cette tentative d’humour très douteuse.

Revenons à nos moutons. Après avoir piétiné pendant des heures au musée, nous avons très faim. Nous nous mettons donc en quête d’un restaurant. L’heure du déjeuner est passée depuis longtemps donc nous ne faisons pas trop la fine bouche sur le choix du resto. Notre choix se porte sur The Cellar Door Scottish Restaurant. Cela nous allait bien car ils servaient des repas typiques et les prix étaient raisonnables malgré la proximité avec la zone la plus touristique de la ville. Pour cette première vraie expérience de restaurant écossais, je me laisse tenter par un haggis, vous savez cette spécialité écossaise à base de panse de brebis farcie avec des abats de mouton, de l’oignon, de l’avoine, de la graisse de rognon de mouton. Pas très ragoûtant n’est-ce pas ? Je n’étais pas très rassurée à l’idée de goûter car je ne suis pas une grande fan d’abats mais je me suis dit que je ne pouvais pas quitter l’Écosse sans avoir tenté au moins une fois. L’expérience n’a pas été si horrifiante que cela et je peux dire honnêtement vous dire que j’ai bien aimé ! Je n’en mangerais clairement pas tous les jours mais je suis contente d’avoir essayé au moins une fois.

🍴The Cellar Door Scottish Restaurant, 44-46 George IV Bridge, Edinburgh EH1 1EJ, Royaume-Uni

The Elephant House et Greyfriar Bobby

Avant de mettre le cap sur le cimetière Greyfriars Kirkyard, nous passons devant deux lieux incontournables de la ville. Le café/restaurant Elephant House et la statue de Greyfriar Bobby. Le premier est connu pour être le lieu où J. K. Rowling aurait écrit une partie de sa saga. Comme vous pouvez l’imaginer l’endroit est bondé et surfe sur sa connexion avec madame Rowling. Si vous voulez manger tranquillement et éviter de faire la queue, passez votre chemin. En plus, le menu n’est pas foufou.

The Elephant House, le lieu de naissance du sorcier le plus célèbre du XXIe siècle

Pour ce qui est de la statue de Greyfriar Bobby, elle rend hommage à un chien qui aurait gardé la tombe de son maître pendant 14 ans jusqu’à sa propre mort (en 1872). La statue de ce petit skye terrier est tout ce qu’il y a de plus adorable. On regrettera simplement qu’elle soit un peu abîmée parce que tout le monde ou presque s’amuse à toucher son nez. Ça doit être parce que je ne sais qui a dit un jour que cela portait chance.

Bobby, la célébrité d’Édimbourg. Plus cute que ça tu meurs.
Bobby a même un restaurant à son nom. Si c’est pas mignon ça.

Greyfriars Kirkyard, le cimetière le plus connu de la ville

Cimetière Greyfriars Kirkyard
Cimetière Greyfriars Kirkyard

Ce cimetière gothique est connu pour abriter des pierres tombales anciennes mais aussi pour être le plus hanté du monde (il paraît). Je sais que ce genre d’endroit peut refroidir certaines personnes mais moi cela ne me dérange pas. Je trouve que les cimetières ont un côté paisible et je trouve que les tombent anciennes sont magnifiques. Pour les amateurs du genre (#taphophiles), vous trouverez de nombreuses tombes ornées de têtes de mort et de squelettes, symboles ésotériques ou d’ornements celtiques.

La légende veut aussi que J. K. Rowling ait trouvé l’inspiration pour les noms de certains personnages d’Harry Potter, par exemple :

  • Tom Riddle > Thomas Riddell 
  • Professeur McGonagall > William McGonnall
  • Scrimgeour > Scrymgeour
  • Moody > Moodie

Nous n’avons pas eu le temps de tester mais il existe des visites guidées qui permettent d’en apprendre plus sur les personnes célèbres enterrées à Greyfriars Kirkyard et sur les légendes qui les entourent. Certaines se déroulent la nuit, pour ceux qui aiment se faire peur.

J’ai adoré cette entrée. J’avais vraiment l’impression de rentrer dans un endroit hanté

Victoria Street, l’une des rues les plus emblématiques d’Édimbourg

Après cet interlude macabre, nous retournons parmi les vivants et nous rendons dans Victoria Street. Vous avez sûrement dû voir passer des photos de cette rue commerçante courbe et montante qui arborent des façades très colorées. Vous y trouverez plein de petites boutiques (et restaurants) très sympas. Kilts, vêtements en tweed, boutiques souvenirs : si vous avez envie de faire du shopping et de ramener des petites babioles de type aimants, mugs ou autre, vous trouverez forcément votre bonheur… Si vous êtes un.e Potterhead, il y a une boutique à ne pas manquer : le Museum Context. La déco est travaillée et il y a des goodies Harry Potter à gogo. À l’étage, un petit pupitre tout droit sorti de Poudlard a été installé. Vous pouvez y prendre la pose avec une tenue de votre maison (team Slytherin 🐍 et vous ?).

⚡Museum Context : 40 Victoria St, Edinburgh EH1 2JW, Royaume-Uni

La non découverte du château d’Édimbourg

L’idée était ensuite d’aller au château d’Édimbourg mais en voyant le monde qui s’engouffrait dans l’entrée (vraiment, vraiment beaucoup de monde), nous avons renoncé. On ne se sentait pas de s’enfermer dans un musée noir de monde sachant qu’il nous restait tout juste 2h30 pour découvrir l’ensemble des lieux avant la fermeture. Nous nous contentons donc d’une balade tout autour pour essayer de voir un peu les contours de ce monument qui domine la ville. Au passage, nous découvrons les installations pour le feu d’artifice qui aura lieu le soir même.

🏰 Edinburgh Castle, Castlehill, Edinburgh EH1 2NG, Royaume-Uni

Après cela, nous rebroussons chemin et continuons à nous balader. Nous redescendons en passant par la Ramsay Lane (coucou les maisons magnifiques avec vue qui valent un rein) puis par Mound Place pour rejoindre le Princess Street Garden. Ensuite, je ne sais ce qui a pris à Monsieur mais nous nous sommes retrouvés à faire un tour de grande roue. Une idée totalement saugrenue lorsque l’on sait qu’il a le vertige. Après le premier tour quelque peu flippant, on s’est détendus et on a profité de la vue. Cette idée n’était pas si mal au final, on s’est bien marrés.

Mound Place

Sur la route du Dean vilage

Vous pensez que nous avions eu notre compte ? Il faut croire que nous sommes un peu masos car nous nous sommes mis en route à pied pour le Dean Village, un mini village très pittoresque un peu à l’écart du centre-ville. Sur la route, nous continuons à en prendre plein les yeux. Édimbourg est vraiment une ville canon et je me prends à rêver d’y habiter quelques temps.

Edimbourg

Dean Village, la petite parenthèse hors du temps <3

Well Court, Dean Village, Edimbourg
Well Court, Dean Village

Avant de venir à Édimbourg, j’avais vu des photos du Dean Village qui avaient aiguisé ma curiosité sur Internet mais je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Je peux vous dire que lorsque nous sommes arrivés, nous avons vite oublié notre petite fatigue. Pénétrer dans Dean Village donne l’impression de rentrer dans une petite bulle hors du temps (oui, c’est culcul mais vous me pardonnerez hein ^^). Le village est très mignon avec sa rivière qui le traverse, ses rues pavées, ses bâtiments de pierre et ses belles façades. Mais ce qui le rend encore plus agréable, c’est l’atmosphère paisible qui y règne. Après la foule du centre-ville, se retrouver là était fort agréable. Nous y avons passé pas loin d’une heure malgré la toute petite superficie du village. Par certains aspects, Dean Village m’a rappelé les clichés de cartes postales de villages alsaciens ou d’Annecy.

Pour ce qui est de la visite, le Well Court, est le bâtiment emblématique du village. Construit à la fin du 19e siècle pour loger des travailleurs modestes, il a été restauré en 2007, conformément à son style d’origine. Il se caractérise par sa brique rouge qui dénote et des petites « tourelles ». Il est possible de pénétrer dans sa cours pour observer un peu plus son architecture. Il faudra bien sûr faire attention à ne pas faire de boucan pour ne pas déranger les habitants. Si le cœur vous en dit et que nous avez du temps (pas comme nous), vous pouvez poursuivre votre balade au delà du village et vous rendre :

  • Au Scottish National Gallery of Modern Art
  • Au St Bernard’s Well
  • Au Dean Cemetery
Well Court, Dean Village - Édimbourg
Dean Village, Édimbourg - Écosse
Alors, c’est pas beau le Dean Village ?

PS : vous ne trouverez pas de commerces ou de cafés dans Dean Village. Prenez donc vos précautions, comme disaient nos mamans.

Fin de la journée : feu d’artifice et comment j’ai failli mourir de froid

Le 27 août marquait la fin du Fringe Festival, soit l’un des festivals artistique les plus connus d’Europe. Nous n’avons pas eu la chance d’assister à des spectacles mais le soir, nous décidons de profiter du feu d’artifice qui clôture l’évènement.

Après avons consulté plusieurs sites, nous décidons d’aller à Calton Hill pour le voir gratuitement et dans un joli cadre. Nous nous y rendons en bus car nos jambes tirent un peu après avoir marché toute la journée. Grand bien nous a pris d’y aller en avance parce qu’il y avait déjà un monde fou alors que le soleil n’était pas couché.

Nous dinons dans une ambiance festive. Les gens étaient vraiment préparés avec des vrais piques-niques et des bouteilles de vin voire du champagne pour certains. Durant la looooooongue attente (et oui, il fallait attendre le coucher du soleil), j’ai observé le monde autour de moi et ai saisi des brides de conversation des quatre coins du monde. Je me suis rendue compte qu’il y a vraiment beaucoup d’expats à Édimbourg. À un moment, j’ai dû réprimer un énorme fou rire quand j’ai entendu un espagnol parler de la SNCF. Quelques années auparavant, il avait un job basé à Londres et devait aller régulièrement à Paris. Il a dit que la France était un pays « horrible » parce qu’il y avait tout le temps des grèves de train (ou des grèves tout court d’ailleurs). Il ne comprenait pas la mentalité des Français et il était scandalisé. C’est marrant de voir la réputation que se traînent les ressortissants de ton pays quand tu voyages. Je me suis retenue de commenter et de lui faire une blague. Et d’ailleurs j’aurais difficilement pu car j’étais littéralement en train de congeler. Il avait fait chaud toute la journée mais quand le soleil s’est couché, la température est descendue de manière assez drastique. Mon petit trench et mon foulard ridicule n’étaient pas de taille. En bref, j’ai SOUFFERT ma race.

Le feu d’artifice tant attendu a fini par arriver et pfiou : c’était ma-gique. On ne pouvait pas imaginer meilleure façon de dire au revoir à Édimbourg.

Coucher de soleil Calton Hill Édimbourg
Coucher de soleil Calton Hill
Feu d'artifice Calton Hill Edimbourg Août 2020
Le petit feu d’artifice parfait pour dire au revoir à Édimbourg

⛰️ Calton Hill : Regent Road (A1), Edinburgh EH1 3BQ, Royaume-Uni.

Une fois le feu terminé, nous sommes descendus tant bien que mal de Calton Hill (il y a avait foule, vous vous en doutez) et sommes rentrés à pied à notre Airbnb.

Nous étions fatigués mais ravis car le lendemain, nous allions récupérer la voiture de location et amorcer notre découverte des beaux paysages d’Écosse…

À bientôt pour la suite.

Sharing is caring ! N'hésite pas à partager si l'article t'a plu !