Le jour du Nouvel an, j’ai dit à mon compagnon que cette année 2020 serait très certainement spéciale. D’abord parce que ce serait l’année de nos 30 ans mais aussi parce que nous avions plein de projets que nous souhaitions mettre en œuvre. Comment vous dire que j’ai ri jaune en mars à l’annonce du confinement. Comme beaucoup, je n’avais pas prévu que le coronavirus bouleverserait autant nos plans. Après coup, je peux dire que cela n’a pas été tant la torture que cela de rester enfermée. Le confinement a eu quelques avantages non négligeables sur mon quotidien et j’avais envie de faire un petit bilan à froid.

Profiter de notre appartement

Nous avons dû déplacer le lit le temps de faire de petits travaux et j’ai adoré le fait de me réveiller avec une vue sur le ciel pendant quelques jours.

C’est bête mais avec la routine quotidienne, nous passions peu de temps dans notre appartement et courrions beaucoup à droite à gauche. Le confinement nous a donné la possibilité de nous réapproprier notre petit cocon. Le fait de rester à la maison nous a en effet motivé à nous occuper de tâches que l’on repoussait ou négligeait (tri d’affaires, bricolage, etc.). Cela nous a permis d’améliorer notre confort et de nous sentir encore mieux chez nous.

Nous n’avons pas perdu cette habitude depuis le déconfinement et cela fait du bien de parfaire son intérieur petit à petit.

La découverte du télétravail et de ses avantages

Le confinement a été l’occasion de découvrir le télétravail, un mode de travail qui me faisait envie depuis un moment le télétravail mais qui n’était pas à l’ordre du jour dans mon entreprise. Les circonstances pour le tester étaient très étranges et tout s’est fait de manière brutale mais j’ai quand même apprécié d’avoir cette opportunité. L’expérience m’a été bénéfique sur plusieurs points, à commencer par le fait de travailler dans le calme.

En effet, comme beaucoup de personnes aujourd’hui, je travaille en open space. Cette manière d’aménager l’espace a ses avantages – la communication et la cohésion d’équipe – mais a aussi des désavantages. Le plus gros à mes yeux ? Le bruit. C’est très désagréable quand on fait un travail comme le mien – à savoir rédiger du matin au soir – d’avoir un bruit de fond presque constant. Je sais que les collègues ne pensent pas à mal et ne font pas exprès de parler fort ou d’organiser des réunions impromptues en dehors des salles de réunion mais cela reste dur à supporter par moment. Du coup, le télétravail a été une vraie bénédiction pour moi. J’ai pu travailler dans un calme absolu et ça, ça n’a pas de prix (on mettra de côté le fait que mon chat miaule comme un fou quand il chasse).

Deux mois après le déconfinement, j’ai repris le chemin des bureaux à temps partiel. C’est un compromis qui me va bien et j’espère que cela va durer un peu dans le temps (#fingerscrossed).

Ne plus prendre les transports en commun pour aller au travail

Prendre les transports en commun était quelque chose qui me déplaisait de plus en plus. J’ai horreur de la promiscuité qui va de pair avec les heures de pointe (coucou l’haleine des gens qui ne se brossent pas les dents, les gens qui te collent alors qu’il y a de la place, les mecs qui te regardent comme de la viande <3). Et être enfermée sous terre même si c’est pour quelques arrêts m’est devenu très désagréable.

J’ai vraiment adoré ces deux mois sans prendre les transports. Pour le retour au bureau, j’ai décidé de continuer autant que possible à éviter les transports. Je marche jusqu’au travail et reviens à pieds (à part quand je suis vraiment épuisée). En plus de me forcer à faire de l’exercice, cela me permet de profiter un peu de la ville et de découvrir des zones que je connais mal (j’essaie en effet de varier les trajets). Je continuerai tant qu’il fera beau. À l’approche de l’hiver, il faudra que je réfléchisse à nouveau à ma manière de me déplacer. Je ne sais pas si j’aurai le courage de marcher dans le froid. Affaire à suivre…

Passer plus de temps avec ma moitié

Ce confinement a été l’occasion de passer du temps avec monsieur. Nous avons adoré le fait de pouvoir manger ensemble le midi et d’avoir plus de temps pour faire des choses ensemble (genre un marathon de Buffy contre les vampires). Et oui, quand on enlève les temps de transport et que l’on peut passer du « mode boulot » au « mode maison » instantanément c’est plutôt pratique !

On y a pris goût et le retour à la réalité a été un peu difficile, je dois être honnête.

PS : mon chat s’est aussi habitué à nous avoir tout le temps à la maison et à avoir des papouilles à volonté pendant la journée. Le pauvre me cherche pendant les journées où je retourne au travail ^^’.

Cuisiner davantage

Comme tout le monde, nous avons été privés des restaurants pendant le confinement et nous avons été amenés à cuisiner la quasi totalité de nos repas. C’est une pratique que nous voulions reprendre depuis longtemps mais nos mauvaises habitudes prenaient facilement le dessus (nous mangions souvent dehors le midi). Là nous n’avons pas eu le choix mais ce n’était pas plus mal.

Nous avons essayé de nombreuses recettes et il n’y a pas à dire, il y a un plaisir indicible à manger tous les jours des choses que l’on a faites soi-même. Nous nous efforçons de continuer sur cette lancée depuis que la vie a repris son cours.

Le seul truc moins marrant : la quantité de casseroles à laver qui augmente ^^’. Je ne m’y ferai jamais.

Mes premiers pains à burger maison. Laissez-moi vous dire que j’étais ravie du résultat même si j’aurais aimé qu’ils soient un peu plus gonflés
Un gâteau cookie. J’ai découvert la recette grâce Nelly, du blog HelloNelly

PS : j’ai pas mal squatté l’émission Tous en cuisine avec Cyril Lignac pendant le confinement. Je n’ai pas fait toutes les recettes mais j’ai appris plein d’astuces sympas. Vous avez regardé ?

Soutenir les producteurs régionaux

Nous avions déjà commencé à le faire avant le confinement mais nous avons continué à réduire drastiquement nos achats en grande surface. Nous avons essayé de commander le plus possible des paniers de fruits et légumes sur des sites mettant en avant des producteurs régionaux.

On a donc beaucoup cuisiné avec des produits de saison et on continue à le faire autant que possible.

Et maintenant ?

Je dois avouer que j’ai du mal à retourner à ma « vie d’avant ». Je me force à sortir un peu histoire de ne pas me transformer en ermite mais je ne suis jamais bien rassurée. Cette crainte est en partie liée au fait que beaucoup de gens semblent penser que le port du masque n’est pas nécessaire à l’extérieur. J’ai l’impression que les gens appellent la deuxième vague de leurs vœux et cela m’agace. Mais bon, on ne peux malheureusement pas forcer les gens à être responsables !

Et vous, à quoi ressemble votre vie depuis le déconfinement ? Retour à votre vie d’avant ou changements à gogo ?

Sharing is caring ! N'hésite pas à partager si l'article t'a plu !